• Le cancre (un mot que je n'aime pas) Il a pourtant existé...

     

    Le Petit Cancre

    Un pantalon qui pendouille

    Des godillots crottés de gadouille

    Des chaussettes trouées

    Sa tignasse en broussaille

    Reflète de la paille

    Son tablier effiloché laisse dépasser

    Un mouchoir tire-bouchonné

    Ses cahiers, bien sur, sont pleins de pâtés !

    Il a beau essayer, il ny arrivera jamais,

    A écrire sans fautes ses dictées

    Pourquoi mettre des X au bout des poux

    Et des S au bout des sous

    Sans doute que les X servent à multiplier ?

    Cest vrai, il y a de plus en plus de poux

    Et de moins en moins de sous

    Merci à Yves pour cette belle créa et ce beau texte...

    Et puis au fond

    Suçotant le bout de son crayon

    Songe- til, en contemplant le plafond

    Ou il voit voler des avions

    A quoi sert  tout ce savoir

    Qui se bouscule dans sa mémoire ?

    Si on pouvait lui expliquer surtout

    En quoi connaître,

    la règle des S et des hibouX 

    Lui changerait sa vie

    Pour ne plus traire les vaches

    Ni moissonner les blés

    Il a beau réfléchir, il ne voit pas le rapport

    Ce doute mine un peu ses efforts

    Pourtant, avec la foi d un charbonnier

    Il essaie de se concentrer

    Et sapplique à bien écouter

    Les rengaines rabâchées

    Par la maîtresse au tableau

    Qui aligne avec passion des divisions à zéros

    Il se promet que demain sera différent

    Plein de bonnes résolutions

    Juré, il va rentrer directement

    Apprendre ses leçons...

                                            Yves (écrit en 2011)

    Rectifié en (2018)


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Guide d'un chemin bien appris.

    Même si le temps défile vite

    Il ne faut jamais rien oublier

    de ces belles leçons à vivre!

    Guide d'un chemin bien appris.

     

    Du temps, de ma prime enfance

    j'en retiens les défis d'une petite fille

     Qui, pour apprendre à lire et à écrire

    livra une de ses premières grande bataille

    « celle de la vie » 

    Etudier, travailler,  pour exister.

    Guide d'un chemin bien appris.

     

    On me livra très tôt à une enfance sage 

     J'y ai appris à bâtir

    Un digne parcours de vie. 

    A manier le vieux porte-plume

    Je remémore ce dur apprentissage

    J'y ai calqué aussi , des pâtés

    sur la page.

    Guide d'un chemin bien appris. 

    Des amitiés demeurant dans l'âge

    D'incessants rires et bavardages

    sur l'escalier de ciment gris.

    (Celui que nous dévalions à grands cris)

    L'enfance est une malle aux trésors

    remplie de souvenirs et de ces amours

    que nos mémoires préservent encore 

    dans un vieux coffre

    rempli de ces précieuses pépites d'or.

     

    Guide d'un chemin bien appris.

    J'en ai gardé la clef

    Pour ma plus grande amie 

    Celle dont l'au revoir trop précoce 

    met un grand  voile  

    à nos précieux souvenirs de gosses.

    ******

    J'ai ouvert ma malle  aujourd’hui .

    J’ ai retrouvé quelques copies

    Ainsi que d'autres souvenirs de vie. 

    Que par-delà le  temps

    la mémoire égare

    Quelques bribes qui traînent

    Dans la poussière  d’un vieux grenier 

    Se plaisent pourtant, à nous les rappeler...

    Chantal 

    Guide d'un chemin bien appris.


    votre commentaire
  • L'enfance !

     

    L'enfance ! 

    Si ma plume était magique 

    Avec des mots en herbe 

    J’écrirais des poèmes superbes 

    Avec des mots en cage 

    J’écrirais des poèmes sauvages 

    Si mon encre était artiste 

    Avec les mots les plus bêtes 

    J’écrirais des poèmes en fête 

    Avec des mots de tous les jours 

    J’écrirais des poèmes d’amour. 

    Mais mon porte-plume est farceur 

    Il n’en fait qu’à sa tête  

    Et des poèmes, sur mon cœur 

    Font des tas de pirouettes

     

     Robert GÉLIS (1938)

    L'enfance !

     


    1 commentaire

  • 3 commentaires
  •  

    Tendre berceau de mon enfance

    A l'orée de montagnes insouciantes.

    Là ou la terre était alors

    Comme nos cœurs, des pépites dor

    Jai aimé ce rude pays

    Nous façonnant à résister

    Je garde de ce temps, la bas 

    Plein de grands moments de joies

     

    ******

    Trop vite effacé, à lencre bleue

    Le chemin dune école perdue.

    Lenfance nest quun petit passage

    Nous conserverons, ses plus grandes images

    Il était une fois là-bas

    Têtes brunes, rousses ou blondes

    Une ronde remplie denfants

    Du tout petit au plus grand.

    Cette cour dun passé simple

    Promène encore nos empreintes.

    Cette école faite de craie

    Nous a coulé de béton

    En tutrice solide,

    Elle apprenait des leçons

    L'écho de nos pas, sur son long chemin

    Y résonnent encore,

    Comme y sonne toujours le tocsin

     

    C.D.

    Il était une fois, là bas !


    votre commentaire
  •  

    Sur ce long chemin d écoliers  

    Clip, clap nos sabots chantaient 

    Nous écrasions le sol gelé

    Traversant, chemins ou vallées  

    Avec nos sabots, dondaine

    Image du Blog mask-tub-et-brush.centerblog.net

    Sans passer par la Lorraine, 

    Avec nos sabots, si beaux. 

    Creusés par le sabotier

    Si fièrement chaussés  

    Nos sabots de bois, dondaine 

    Ont marché par la Lorraine, 

    Par les campagnes et les plaines. 

    La neige dans nos pieds gelés 

    Ils ont trotté mon capitaine  

    Usés, mais heureux quand même

     

    Jy repartirais marcher

    Car nous nétions pas si vilaines

    Dans nos lourds sabots de bois 

    Nos si vieux sabots dondaine. 

    Malgré tout, en madeleines  

    De quelques amoureux, quand même 

     

    Dans nos durs sabots dondaine

    Dans nos beaux sabots de bois.

     

    C.D.


    votre commentaire
  • Je sais maintenant, qu'on n'sait jamais


     

    Ma vieille tante me disait

    Une vie c'est peu, tu sais

    J'aurais aimé encore savoir 

    Mais j'finirai jamais l'histoire...

    Je sais maintenant, qu'on n'sait jamais ! 

    Le grand Gabin nous l'a chanté 

    "Maint'nant je sais"

    Quand j'étais gosse,

    haut comme trois pommes

    J'parlais bien fort

    pour être un homme

    J’disais, je sais, je sais, je sais.

    C'était l'début, c'était l'printemps

    Mais quand j'ai eu mes dix-huit ans

    J'ai dit, je sais, ça y est,

    cette fois je sais

    Aujourd'hui,

    les jours ou  j' me retourne

    je regarde la terre

    ou j'ai fait les cent pas

    Je n'sais toujours pas comment

    elle tourne!

    photo  de Jean GABIN

    A vingt-cinq ans, j'savais tout

    L'amour, les roses,

    La vie, les sous, tiens oui,

    l'amour!

    J'en avais fait tout l'tour!

    Mais heureusement,

    comme les copains

    J' avais pas mangé tout mon pain.

    J'ai encore appris.

    Ce que j'ai appris

    ça tient en trois ou quat'e mots

    Le jour ou quelqu'un vous aime,

    il fait très beau

    Je sais maintenant, qu'on n'sait jamais ! 

    C'est encore ce qui m'étonne

    dans la vie

    Moi qui suis à l'automne de celle-ci

    On oublie tant de soirs de tristesse

    Mais jamais un matin de tendresse!

    photo  de Jean GABIN

    Toute ma jeunesse,

    j'ai voulu dire, je sais

    Seulement, plus je cherchais,

    moins je savais.

    **********

    Y'a mes soixante coups

    Qu’ont sonné à l'horloge

    J'suis encore à ma fenêtre

    Je regarde, j'm'interroge  

     Maintenant je sais, 

     

    Je sais qu'on n'sait jamais! 

    --------------- 

    La vie, l'amour, l'argent 

    Les amis et les roses 

    On n'sait jamais le bruit

    Ni la couleur des choses 

    C'est tout c'que j'sais! 

    Mais ça, c'est sûr, j'le sais!

    Je sais maintenant, qu'on n'sait jamais !

    Jean  Gabin

     

     


    votre commentaire
  • De gros bisous pour un super wee end...

     

    Désolée pour mon  manque de présence

     

    Je vais essayer de me rattraper bientôt...Bises...

     


    1 commentaire
  • Rentrée d'école... 

     


    votre commentaire
  •  

       
     

    Même l'histoire nous conte ce qu'elle souhaite...A nous de la réécrire!

    28/04/2017 15:23

    Même l'histoire nous conte ce qu'elle souhaite...A nous de la réécrire!

    ************

    Biquette était une petite chèvre bien trop sage 

    Imaginant le monde à son image 

    Au mieux de sa forme et de son chemin de vie 

    Bien gentille compagne, vous diront ses amis

    Un beau matin, elle décide pourtant de couper ses liens 

    De défier renard narquois, son très peu futé voisin 

    Son courage dépassant sa peur, rien ne la retint plus alors 

    Notre trop brave petit Chèvre, savait la docilité peu

    payante 

    Elle se débarrassa de ses liens de bienséance 

    Arrachant le pieu ou elle était attachée et muselée 

    Décidant de batailler pour gagner sa liberté 

    Je voudrais pouvoir courir  libre dans mes montagnes  Image associée

    Je sais que goupil s’y terre aussi à guetter 

    Cependant, malgré qu’on le pense rusé 

    Je n’ai que faire de ce mauvais canidé 

      Il se joue des sentiments d’autrui sans remords ni regrets

    Résultat de recherche d'images pour "gifs renard animé" 

    Il mange les oiseaux, les empêchant de vivre et de chanter 

    Cet animal inadapté à la vie trop sauvage, 

    Attention, se rapproche de nos villages 

    II fut nommé « fripon divin » par nos aïeux   Résultat de recherche d'images pour "gifs renard animé"

    Un être espiègle, malicieux et facétieux. 

    J’ai ouï-dire que la ville l’attirait 

    Qu’il s’y nourrit souvent de déchets 

    Ce nuisible, se voulant prédateur 

    dévore les contenus de poubelles pour subsister 

    Si je le croise, par mes cornes, je me défendrai 

    Pécaïre, m’a-t-on dit, prends garde pauvre biquette 

    Goupil dévore toutes petites bêtes 

    Parbleu, tu ris Gringoire, de tes  hauteurs venteuses 

    Elle n’a plus peur de rien la biquette fougueuse 

    C’est en loup qu’elle s’est transformée 

    Notre Goupil ne règnera pas, elle en fera un jour, son souper

     

    *********

    Cette petite histoire contrefaite 

    de « la petite chèvre de Monsieur Seguin » 

    Sort tout droit de mon imagination.

     

    Quand à la fin, et bien, à suivre, nous verrons ! Image associée




    votre commentaire
  • L'écriture (poème de mon ami Yves)  


    votre commentaire
  • Merci à mon ami Yves 

    Pour ce très beau poème qu'il me dédie

    Merci d'avoir rajouté à mon village natal

     De tes si jolis mots si bien écrits.

    Mon Village, mes forêts, ma maison ,mes amours,mon enfance. 

    Résultat de recherche d'images pour "tubes enfants école"

    Berceau de mon enfance Résultat de recherche d'images pour "tubes enfants école"

    Il était une fois là bas, 

    Têtes brunes, rousses ou blondes 

    Une ronde remplie d’enfants 

    Du tout petit au plus grand. 

    Cette cour d’un passé simple 

    Promène encore nos empreintes. 

    Cette école  si bien faite, nous a coulé de béton

    En tutrice solide, elle nous apprit bien des leçons

    Vite effacé, à l’encre perdue , 

    Ce passé, d’une école vécue. 

     

    L’enfance n’est qu’un passage 

    Dont il faut préserver l'image

    *********** 

    L'écho de nos pas, sur de vieux chemins  

    Y résonnent encore, comme  y sonnera  toujours le tocsin 

    C.D. 


    votre commentaire
  •  

     Surtout aimez les bien, écoutez  cette vidéo. Que d' émotions! 


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires